Les actions, ces adorations oubliées 02/07/2019 – Publié dans : Islam – Étiquettes : , , , ,

Le musulman n’a été créé que pour une totale soumission à son Créateur. En effet, Allah nous dit dans le Qur’ân :

“Je n’ai créé les Djinns et les Hommes que pour qu’ils M’adorent.” (S51,V56)

La plupart d’entre nous connaissons ce verset… mais à quoi bon posséder une connaissance si cette dernière n’est pas mise en pratique ?

Avant toute chose, il faut définir ce qu’est l’adoration. Cette dernière est définie par le Shaykh Al-Islam Ibn Tamiyya de la façon suivante : “L’adoration est un nom qui englobe tout ce qu’Allah aime et Le satisfait, que ces actes soient des paroles, des actions, qu’elles soient apparentes ou cachées

Cette définition nous ouvre des horizons d’actions qui pouvaient nous paraître ne pas être des adorations. Alors qu’en réalité, tout ce qui plaît à Allah peut être considéré comme une adoration.

Pour être une adoration, une action doit pouvoir réunir les trois conditions d’acceptation des œuvres, qui sont les suivantes :

1- Être musulman, car toute action provenant d’un mécréant est rejetée par Allah. En effet, Allah nous dit : “Et quiconque aura fait de bonnes œuvres, tout en étant croyant(S20, V112)

2- L’action doit être conforme à la Sunna de notre bien-aimé Prophète, ou n’avoir aucune opposition religieuse : la preuve de cela étant le verset suivant: “Prenez ce que le Messager vous donne, et ce qu’il vous interdit, abstenez-vous-en(S59, V7)

3- L’action doit être sincèrement dédiée à Allah : en effet, Allah nous dit : “Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif” (S98, V5)

Parmi les adorations, on distingue celles qui nous sont ordonnées par Allah et son Messager, que nous appelons les adorations religieuses; ces dernières ont des conditions, des piliers et des annulatifs, telles que la Salât, la Zakât, le Jeûne…

Mais il existe également des adorations qui, à la base, sont des agissements de tous les jours accomplis de tous, tels que le sourire, le fait d’écouter, de parler, d’observer, d’analyser, de se nettoyer… ces actions banales et quotidiennes demandent à être accompagnées d’une Niyya (intention sincère) vouée à Allah afin d’accéder au rang d’adoration , que l’on pourra retrouver parmi nos Hassanates le Jour du Jugement.

Le centre névralgique qui détermine l’orientation d’une action est le cœur. C’est pourquoi nous devons implorer constamment Allah pour qu’Il purifie celui-ci et l’oriente dans ce qui est bon. Mais nous devons aussi l’entraîner afin qu’il voue ses actions, petites ou grandes, à son Seigneur. Cet exercice est certes difficile pour nous car nous n’avons pas été éduqués à l’appliquer depuis tout petit. Mais ce qui est difficile pour nous, nous devons le faciliter à nos enfants, en leur inculquant ces principes dès leur plus jeune âge.

Faire de toutes nos actions des adorations est un immense soulagement, car tout ce que nous accomplissons le sera pour Allah. Le temps et les actions jouent en notre faveur : dans une journée de 24 heures, nous pouvons réunir un ensemble d’adorations religieuses (prières, invocations, lecture du Qur’ân etc) mais également des actions simples telles qu’un sourire à autrui, une écoute utile de nos proches afin de les comprendre et de les orienter sur le droit chemin, des paroles utiles en direction de nos enfants pour les éduquer, méditer sur la situation de notre communauté afin de trouver des solutions qui améliora notre quotidien, etc. A la fin d’une journée un bouquet multicolore sera ainsi réuni dans un panier d’adorations, offert à notre Seigneur. Un bouquet dont l’acceptation ainsi que l’éclat, sera proportionnel à la sincérité que nous lui avons accordée.

Pour conclure, nous devons rappeler notre devoir d’œuvrer avec notre cœur, de l’éduquer, de l’entraîner et de l’exercer. Le cœur est le moyen qui nous permettra d’aboutir à la Miséricorde d’Allah et ainsi à Son paradis.  Il est en nous, enfoui dans notre poitrine, il fait entendre sa présence à chaque seconde; c’est peut-être le seul membre de notre corps qui montre sa présence aussi fortement et constamment.
Seul Allah a le pouvoir d’améliorer pour nous nos cœurs, car ce dernier est entre Ses doigts.

« Ô Celui qui change la situation des cœurs, raffermis mon cœur pour qu’il se fixe constamment sur ta religion » (Hadîth authentique, rapporté par Tirmidhi)

« Les Bienfaits de la Science
La nuit et l’obscurité »